Après la mise à jour récente de son classement des résultats des recherche,
le moteur Google a mis en place une mise à jour des attributs “nofollow” sur les liens des pages internet.

Rappel de base sur le nofollow

Le référencement naturel se base sur 2 principaux leviers, à savoir les critères on-page, propre à la page web à optimiser, et les critères off-page liés à l’environnement du site web et la popularité digitale de la page.
Cette e-popularité est fondée sur les backlinks, méthode visant à obtenir un bouche à oreille digitale via des liens obtenus depuis d’autres sites.
Pour que ce critère joue à fond, chaque lien pointant vers votre site doit être issu depuis un site ayant lui-même une bonne popularité ainsi que depuis une page qui évoque votre thématique.

Régulièrement, un référenceur va chercher à optimiser ce netlinking externe en essayant d’obtenir davantage de backlinks et si possible davantage de backlinks depuis des sites à forte notoriété.
Ces liens vont faire venir Google plus régulièrement sur votre site. Ce n’est pas tout : ils vont transmettre du “jus de référencement” depuis un site de qualité et un contexte sémantique proche.

Il se trouve que, pour le site émetteur du lien, ce jus va être dilué à parts égales à travers tous les liens présents sur cette page.
Que ce soit pour lui des liens internes ou des liens externes posés à titre illustratif.

Or, cette diluation du jus de référencement n’est pas forcément souhaitée par les webmasters de site car cela va atténuer le poids de référencement des autres pages et favoriser un site tiers simplement cité à titre illustratif.

D’où la création de régles do follow / no-follow.
No-follow permet toujours le transfert de l’internaute vers la page désirée mais indique à Google de ne pas suivre ce lien et donc de ne pas transmettre ce jus SEO.
Pour l’internaute, c’est invisible.
Pour Google, il s’agit là d’une écluse qui vient canaliser le transfert de jus SEO.

Google considère désormais l’attribut nofollow comme un simple “indice” depuis le 1er mars 2020

De nouvelles règles ont été mises en place par le moteur de recherche. Celles-ci concernent en particulier le crawl (le suivi) et l’indexation (la prise en compte) des liens noflollow.

Ces balises nofollow ne sont désormais plus plus traitées comme une directive pour les moteurs.
Désormais, Google et ses robots traitent les liens nofollow comme un « indice » lors de leur exploration et de leur analyse des pages d’un site pour les indexer dans son moteur.

Google fait ce qu’il veut en soit et nous sommes obligés de suivre…

Privilégiez la balise meta noindex

Cette pratique était donc utilisée pour empêcher Google d’explorer et d’indexer certaines pages, bien souvent des pages annexes qui n’apportent rien pour le référencement.
Elles ressemblent à des pages du type profils d’utilisateurs, pages de connexion ou sections vides d’un site.

Une mauvaise utilisation du nofollow peut même entraîner des conséquences désastreuses pour votre site (désindexation totale du site).

Suite à cette mise à jour, revoyez l’utilisation de cet attribut sur les pages concernées de votre site.

Pour empêcher l’indexation de certaines pages web tout en restant en conformité avec les consignes de Google, il convient désormais d’utiliser la balise meta “noindex” dans l’en-tête de votre page/site.

Votre pré-audit permet d' identifier les axes d'améliorations à vous proposer pour générer plus de visites, de leads et de vente !

Qui sommes nous ? 

CLEATIS est une Agence SEO / SEA spécialisée dans l'optimisation de votre site internet.

No Comments

Laisser un commentaire.

Demandez-nous un pré-audit GRATUIT !

Votre pré-audit nous permettra d' identifier les axes d'améliorations à vous proposer pour générer plus de visites, de leads et de vente !

Nos autres posts

Voir tous nos articles
Migration de sites : SEO

Checklist de migration SEO de sites

Vous envisagez de migrer votre site web ? Tout se passera bien…
Lire l'article
COVID et SEO

Comment la pandémie de COVID-19 affecte-t-elle votre prospection sur Internet ?

L'impact de COVID-19 a varié en fonction du secteur. Voici les expériences…
Lire l'article